Interview de Marianne Ganachaud, responsable de la licence Gana

Interviewée par Question Boulange, Marianna Ganachaud aborde les thèmes suivants :
– La méthode de production utilisée par Gana
– La rentabilité de la flûte Gana par rapport à la tradition par exemple
– Le manque d’information concernant l’ajout Gana
– Les différentes alternatives Gana
– Le rôle d’une marque
– La hiérarchie entre artisan et marque

Retrouvez l’intégralité de l’interview ici

Question Boulange

La Flute Gana dans le Gault & Millau

Dans son numéro de mars 2013, le magazine Gault & Millau nous citait parmi les 140 meilleurs boulangers de France.

Au-delà de la joie ressentie, ce résultat est pour nous une reconnaissance de notre travail acharné, et celui de nos 200 boulangers partenaires. C’est, enfin, une preuve de plus que les liens indéfectibles au sein de notre famille ont permis de garder intactes les valeurs de notre maison et la qualité de nos pains. Merci à tous !

GanaGaultcouvbis GanaGaultbis

Thierry Marx rend hommage au boulanger Bernard Ganachaud

Réalisation : Lancelot Bernheim, Clément Candelara et Raphaël de Tonnac

La rencontre s’est faite à Ménilmontant. Jeune adolescent, Thierry Marx passe son temps à observer le boulanger Bernard Ganachaud à travers les vitrines de sa boulangerie. Le boulanger est l’un des premiers ou le premier à avoir mis la panification en théâtralité, à avoir convié les mangeurs de pain parisiens dans son fournil — et ils viennent souvent de fort loin. Lassé de voir le jeune garçon embuer ses vitrines, Ganachaud lui propose un jour d’entrer et de passer un tablier : le jeune Thierry va se passionner d’abord pour la boulangerie, la pâtisserie avant de se tourner, comme on sait, vers la grande cuisine. Mais il n’oubliera jamais la place du pain dans l’art du bien manger à la française et surtout ce boulanger qui lui a fait franchir le pas et qu’il tient comme le rénovateur par excellence de la boulangerie des années 1970-1980..

Lorsque ce fils de boulanger nantais s’installe en 1961 avec sa femme Josette rue de Ménilmontant, dans le XVIIIe arrondissement, l’état de la profession est un Waterloo boulanger. Peu de boulangers sont alors conscients de cette situation, de ce déclin si ce n’est précisément Bernard Ganachaud et le père et le fils Poilâne installés rue du Cherche-Midi.

Entretiens menés dans le patio du Mandarin, rue Saint-Honoré.